Je veux courir … à mon rythme.

Ce matin, un peu plus d’un an après avoir été diagnostiquée en burn-out, je suis retournée courir dans les parcs et bois à côté de chez moi. Je ne suis évidemment pas restée sans rien faire pendant l’année qui vient de passer. Au contraire, j’ai commencé la natation, la danse et surtout j’ai profité de ce temps de remise en question et de réorientation pour faire uniquement (et uniquement) des choses que j’aime. Comme continuer à me former en tant que coach et trainer coach, passer du temps avec ma famille, mes amis, coacher (une vraie passion) et cartonner des meubles d’art et d’autres créations en carton (pour un petit aperçu et un petit coup de pouce, n’hésitez pas à cliquer sur « j’aime » la page 😉 : https://www.facebook.com/CaVaeToi.BXL)

Les transitions au fil des saisons

Aujourd’hui, si je parle en termes de transitions en fonction des 4 saisons (« Au rythme des transitions », un livre écrit par Annie Richard, Annie Germain et Nicolas Beffort), je suis au printemps, voire même très proche de l’été. Le printemps est synonyme de nouveau départ, d’un recommencement, le bonheur de se sentir revivre et déployer son propre potentiel, comme une graine ou un bourgeon qui se libère pour éclore. L’été donne l’espace nécessaire au changement qui s’est opéré. Cette période permet d’apprécier le moment présent et la frénésie quotidienne due au lancement des nouveaux projets. L’été, c’est aussi un « temps de pause » avant la prochaine transition… Une période stable, parsemée d’orages, d’averses, d’éclaircies et d’arc-en-ciels … Au cours de l’année passée, je suis passée par les deux saisons qui sont peut-être les moins florissantes mais tout aussi nécessaires: l’automne (la fin de quelque chose) et l’hiver (qui m’a permis de prendre le temps nécessaire pour accepter et aussi de puiser dans mes ressources).

A ce propos :

  • Et vous êtes-vous en transition ? A quelle saison vous situez-vous ?

N’hésitez pas à m’écrire personnellement ou à me laisser un commentaire avec votre réponse.

Ralentir, voir, écouter, sentir, … action !

Je disais donc; ce matin je suis allée courir ! J’enfile mes baskets, mon k-way, mon bonnet et me voilà partie. Après quelques minutes, je regarde ma montre qui m’indique le temps et la distance parcourue… Très bien Valérie! Tu es juste un peu au-dessus de 6’30 »/KM. Pour une reprise c’est pas mal du tout. Ma petite voix me dit : allez, essaie d’aller encore un peu plus vite, j’accélère le pas, encore plus vite, et… tout à coup, ma tête cogne, mon coeur s’emballe, je me sens oppressée, mon souffle se fait de plus en plus court … A ce moment-là, comme si mon expérience de burn-out ne m’avait rien apporté (lorsque j’ai du arrêter de travailler, je souffrais d’hypertension assez grave), je recommençais comme au boulot à m’emballer … pour toujours plus de performance …

J’étai obligée de ralentir mais j’avais envie de continuer car il me tenait à coeur de reprendre la course à pied pour être en forme et le plaisir. J’ai donc choisi de lâcher prise sur le temps, sur le chrono. J’ai décidé d’aller à mon rythme pour atteindre mon objectif. Lors de ma course, j’ai pensé à cet article (que je suis occupée à rédiger) et j’avais envie de partager ces quelques considérations avec vous.

Je courais en pleine conscience du moment présent, j’appréciais et je profitais pleinement de tout ce que la nature m’offrait (gratuitement) comme ressources pour la journée et les jours suivants. Pendant ce temps, j’ai vu des enfants heureux qui étaient en classes verte, entendu le chant des oiseaux, aperçu des écureuils avec leur queue en panache se faufilant dans les arbres, croisé des hommes et des femmes que j’ai pris le temps de saluer et qui m’ont remerciée d’un sourire, photographié des ânes mangeant leur paille (oui, oui, je me suis même arrêtée pour prendre ces quelques photos et affirmer ma décision de lâcher pris sur le chrono) et j’ai aussi senti la pluie qui faisait place au soleil comme l’ancien fait place au nouveau, … Un vrai boost de bonheur offert par la nature !

Voici quelques photos prises ce matin. Lorsque je coach, j’aime aussi aller avec mes client.e.s dans ce coin là de la nature … c’est très bénéfique de se reconnecter à la nature pour changer de « point de vue ».

Si je fais une mise en parallèle avec notre développement personnel (je suis coach après tout 😉 ) , le fait de prendre notre temps nous permet de garder notre objectif en tête et de l’atteindre. Ce n’est pas la vitesse à laquelle nous parcourons le chemin qui compte, c’est le chemin lui-même et la destination. Ce qui me parait encore plus essentiel, c’est que prendre notre temps, nous permet d’être réellement conscient.e.s du chemin que nous parcourons et de quitter le mode pilote automatique que nous actionnons pour correspondre à un idéal de société et à ses critères. Quitter le mode pilote automatique, c’est prendre conscience de qui nous rencontrons, du pourquoi nous rencontrons cette personne, d’où nous voulons aller vraiment, de quelles ressources nous disposons, de celles dont nous avons besoin et de revoir nos priorités en écoutant notre corps, notre coeur et notre tête! Prendre le temps de notre réflexion personnelle, c’est utiliser notre boussole pour passer à l’acte en respectant nos valeurs et nos motivations afin d’atteindre notre mission de vie qui sera, en fait, le titre de notre livre, à la fin de notre existence et dont l’héroïne ou le héros principal sera : nous !

Enfin, je confirme que prendre son temps permet également de dépasser son objectif. Ce matin, je m’étais fixé de courir 5 km. Sur le chemin du retour (j’étais à 5 km et une chique), je passe devant chez moi et… je ne m’arrête pas ! J’avais envie de prolonger ce moment quand je suis cette personne lorsque personne ne me regarde, à mon écoute, totalement moi. Je me suis arrêtée, zen et heureuse, à 7km.

A vous :

Pour terminer cet article, je vous invite à prendre le temps de vous poser la question suivante :

  • Qui êtes-vous lorsque vous êtes seul.e et que vous vous sentez véritablement libre ?  (Je peux vous apporter des pistes de réflexion, si vous me le demandez en commentaires 😉 ) 

A bientôt et surtout prenez le temps de prendre soin de vous.

Valérie Watillon / Coach & Trainer coach


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*